A qui doit-on cette phrase historique : « Notre nombre est un fardeau pour le monde qui peut à peine nous soutenir par ses éléments naturels »[1]? Elle a été prononcée par Tertullien[2] à Carthage à la fin du 2e siècle de notre ère ! La population mondiale, à l’époque, n’atteignait pas 200 millions d’habitants !
 L’Académie Pontificale des Sciences a cautionné ce genre de raisonnements en invitant, le 27 février 2017 à un colloque consacré la biodiversité, deux soi-disant spécialistes de « l’empreinte écologique » : Mathis Wackernagel, et Paul Ehrlich.
Il faut avoir étudié en détail les modes de calculs de ces concepts dont ils sont les auteurs pour se rendre compte de leurs incohérences intrinsèques, à commencer par le caractère fixiste des indicateurs retenus.  Les modèles d'Empreinte Écologique ne sont pas  dynamiques. Ils ne tiennent pas compte de l’état réel, année après année, ni des différents stocks de ressources biologiques (pâtures, pêche etc.). Les chiffres fournis sont d’autant plus artificiels que la formule qui les produit ne tient pas compte du progrès technique.
Sans remonter aux techniques en vigueur sous Tertullien, on raisonne comme si, en 1900, on avait demandé à quelqu’un s’il serait possible de produire assez de foin pour nourrir les chevaux nécessaires aux labours pour nourrir les 7 milliards d’hommes, la question aurait semblé totalement insoutenable. Robert royal, Président de l’Institut Foi et Raison à Washington, commentait ce genre de questionnement : « On n’est plus dans le cas des chevaux et du foin. Et si on n’écarte rien, on pourrait  -qui sait- avoir encore quelques bonnes idées avant notre disparition ».
Comment l’Académie Pontificale des Sciences a-t-elle pu cautionner des auteurs comme Paul Ehrlich, alliant à la fois une pseudo science et un malthusianisme notoire dans son livre « la Bombe Population » ?
Nous reprenons ici le texte intégral de l’éditorial de Contrepoints qui a commenté la célèbre phrase de Tertullien. 

Source : Contrepoints du 14.10.2010

Transcription: "les2ailes.com"

Cet éditorial était intitulé : « Le mythe de la surpopulation ».

L’environnement s’avère être la dernière bouée de sauvetage du socialisme.
- « Notre population est si énorme que la Terre peut difficilement nous soutenir. »
- « Quand nous comparons l’empreinte écologique actuelle avec la capacité de la Terre à se régénérer, nous devons conclure que nous ne vivons plus d’une manière durable pour la planète. »
À votre avis, quelle est le point qui différencie ces deux affirmations péremptoires ? À première vue, aucun, direz-vous. Très juste. Si ce n’est la date : la première citation a été formulée à Carthage par Tertullien à la fin du 2e siècle de notre ère, la seconde, 18 siècles plus tard par le directeur général du WWF International, Claude Martin, dans le dernier rapport « Planète vivante » de l’organisation écologiste.

Tertullien ajoutait également : « La faim, la guerre et les tremblements de terre représentent le remède qu’elle possède pour éliminer l’excès de population. » Or, à l’époque de Tertullien, la population mondiale n’atteignait pas les 200 millions d’habitants. Mais, déjà avant lui, Platon, Aristote ou Confucius avaient exprimé les mêmes terreurs.

Aujourd’hui, le WWF nous assure que l’Humanité consommerait l’équivalent des ressources annuelles d’une Terre et demie, que deux planètes seront nécessaires en 2030  et que la destruction de l’environnement atteindrait un rythme jamais vu auparavant.

David Osterfeld, professeur de science politique, démontait déjà, il y a presque vingt ans, le mythe de la surpopulation destructrice de la Terre en rappelant que les catastrophistes prédisent la fin de la Terre depuis des siècles. Leur arrogance intellectuelle est telle que, puisqu’ils n’ont pas trouvé le remède, personne ne pourra trouver de solution à la « surpopulation ». La population humaine a été multipliée par 6 les 200 dernières années. Une véritable explosion. Mais on a également observé une explosion de la productivité, des ressources, des aliments, de l’information, des communications, de la science, de la médecine, etc. La surpopulation est un terme relatif, nullement absolu. En effet, celle-ci doit être mesurée en relation avec les facteurs comme les aliments, les ressources ou l’espace physique. Or la production des aliments a augmenté plus que la population et nombre d’experts estiment que nous avons la capacité de nourrir une population 8 à 10 fois plus nombreuse. Cela sans compter les progrès technologiques. Par ailleurs, les ressources sont chaque fois meilleur marché en comparaison avec les salaires. Mais surtout, les ressources résident dans l’esprit humain. Certes, l’espace est fini, mais moins d’1% de la surface terrestre est utilisée pour les établissements humains. De plus, les taux de fécondité ont baissé de 4,5 en 1970 à 3,3 en 1990.

Face aux antiennes catastrophiques que les éco-alarmistes nous serinent depuis l’Empire romain, il est bon de se rappeler du pari que gagna Julian Simon.

Julian Simon est célèbre notamment à cause d’une gageure qu’il a prise avec Paul Ehrlich, auteur du best-seller The Population Bomb. Dans son livre, Ehrlich reprenait la thèse malthusienne (tout comme le WWF aujourd’hui) et prédisait que des millions de gens mourraient de faim aux États-Unis et ailleurs dans les années 1980 parce que nous aurions atteint les limites de la capacité de la terre à produire de la nourriture. Évidemment, cette terrible famine n’est jamais survenue. En 1980, Simon demanda donc à Ehrlich de prendre cinq métaux présumés « rares » de son choix et paria avec lui que dix ans plus tard, leurs prix auraient baissé. Ehrlich croyait évidemment que ces métaux deviendraient de plus en plus rares et que leurs prix allaient au contraire monter. Or, en 1990, il s’avéra que les prix des cinq métaux avaient effectivement baissé, dans des proportions allant de 3,5% à 72%, car de nouvelles découvertes avaient augmenté les réserves disponibles de ces métaux, des améliorations technologiques avaient fait en sorte qu’on en utilisait moins pour arriver à un même résultat et des substituts plus efficaces avaient été développés. Ehrlich dut payer.

Ce pari fut également à la base de la « conversion » d’un jeune statisticien danois qui enseignait à l’Université de Aarhus, Bjorn Lomborg. En 1997, s’affichant de gauche et militant de Greenpeace, ce dernier avait justement décidé de s’attaquer à ce qu’il considérait comme de la propagande de droite américaine en se lançant avec quelques-uns de ses étudiants dans un exercice de vérification des thèses de Julian Simon. Après seulement quelques mois, Lomborg se rendit compte que les données de Simon étaient bien véridiques et que c’est lui qui, sur la plupart des sujets, avait raison. Il se mit donc alors à réviser complètement les projections catastrophiques des écologistes tel que Ehrlich ou Lester Brown du Worldwatch Institute.

L’enquête de Bjorn Lomborg déboucha sur la publication d’un livre, The Skeptical Environmentalist (publié en français sous le titre L’écologiste sceptique), dont on peut rapidement résumer les principales conclusions :

  1. Actuellement, les ressources naturelles ne sont pas près de disparaître ; la principale limite à leur disponibilité est le coût associé à leur découverte et leur extraction ; les réserves connues de pétrole et de gaz, ainsi que celles des principaux métaux industriels, sont plus importantes aujourd’hui qu’elles ne l’étaient lorsque le Club de Rome faisaient ses prédictions alarmistes dans The Limits to Growth;
  2. L’« explosion de population » n’a jamais eu lieu et n’aura pas lieu ; la production agricole par tête s’est accrue de 52% dans les pays en voie de développement depuis 1961 et la proportion de ceux qui manquent de nourriture dans ces pays est passée de 45% en 1949 à 18% aujourd’hui ; les chiffres, publiés par l’International Food Policy Research Institutedans son rapport « 2010 Global Hunger Index: The crisis of the Child Undernutrition », indiquent que depuis 20 ans la situation s’est améliorée dans pratiquement tous les pays du monde qui connaissent des problèmes de sous-alimentation (les seuls qui ne sont pas dans ce cas sont le Zimbabwe – conséquence directe des politiques de spoliation par Mugabe des terres des propriétaires blancs –, du Congo – en guerre – et de la Corée du Nord – sans commentaires ; tous les autres s’améliorent, avec une mention spéciale pour le Brésil, le Mexique, le Pérou, la Turquie, l’Iran et l’Arabie saoudite, etc. où la faim a été réduite de moitié ou plus) ; le prix de la nourriture n’a pas cessé, depuis deux siècles, de baisser en termes réels ; la population humaine devrait de toute façon se stabiliser dans les prochaines décennies ;
  3. Le problème des espèces menacées et d’une réduction de la biodiversité a été grandement exagéré, tout comme celui de la disparition des forêts ; si certaines forêts tropicales continuent d’être décimées, la reforestation augmente ailleurs et la surface consacrée aux forêts dans le monde s’est accrue depuis un demi-siècle ;
  4. La pollution est elle aussi un phénomène qui diminue constamment, en particulier dans les pays riches ; la qualité de l’air, de l’eau et de l’environnement en général est plus grande que jamais dans les grandes villes ; la pollution importante est un phénomène typique des périodes de début de croissance industrielle, alors que les populations sont prêtes à accepter un certain niveau de pollution en échange d’un enrichissement rapide ; plus un pays est riche, plus ses citoyens consacrent des ressources importantes à la qualité de l’environnement ; les innovations technologiques font également en sorte que les méthodes de production soient de moins en moins polluantes.

Le discours alarmiste des mouvements écologistes est devenu tellement habituel que la plupart des gens ont fini par s’y habituer et même l’adopter. Ces thèses apocalyptiques sont bien utiles pour les étatistes de droite comme de gauche. En effet, alors que la grogne contre le fardeau fiscal ne cesse d’augmenter, que la bureaucratisation et l’inefficacité des programmes sociaux sont dénoncées de toute part, que les désastreuses utopies de gauche ne recueillent plus l’appui actif que d’une minorité marginalisée, il faut bien trouver d’autres bonnes raisons pour justifier l’intervention de l’État.

L’environnement s’avère être la dernière bouée de sauvetage du socialisme et, à l’échelle internationale, l’argument majeur autour duquel on prétend articuler la construction d’un État mondial.

Quelle que soit la problématique, le même message est véhiculé : l’État et les institutions internationales doivent intervenir et planifier la gestion de l’environnement. C’est pourquoi il est bon de rappeler encore et toujours que ce discours est presque entièrement fondé sur des faussetés. Non seulement nous n’allons vers aucune catastrophe, mais l’environnement continue globalement de s’améliorer et aucune surpopulation ne viendra détruire la Terre.

 

[1]  Citation tirée de « Le moyen âge et la Bible » sous la direction de Pierre Riché et Guy Lobrichon (1984, Beauchesne,  Page 777). Il est évoqué à la même page le fait que, à la même époque, « certains Pères de l’Église considéraient la population comme un problème. « Ils se demandaient si la chasteté, dont il est tant question dans la 1ère épitre aux Corinthiens (7,1) entrait en conflit avec l’injonction de Dieu à Adam et Ève, (Gen 1, 27-28) puis à Noé et ses fils (Gen 9,1) de croitre et de se multiplier.

[2] Quintus Septimius Florens Tertullianus, dit Tertullien, né entre 150 et 160 à Carthage (actuelle Tunisie) et décédé vers 220 à Carthage, est un écrivain de langue latine issu d'une famille berbère romanisée et païenne. Il se convertit au christianisme à la fin du IIe siècle et devient le plus éminent théologien de Carthage. Auteur prolifique, catéchète, son influence fut grande dans l'Occident chrétien. En effet, il est le premier auteur latin à utiliser le terme de Trinité, dont il développe une théologie précise. I