Retour d'Italie

Nos voyageurs vont le 17 août à Sesto, dans la grande banlieue résidentielle de la noblesse Milanaise.

Ils y vont en Vélocifère. Petit historique de la bicyclette :

  • De camp date le premier « 2 roues » ?
    De 1791 avec le célérifère de De Sivrac, baptisé aussi vélocifère en 1804. Son cavalier s’appelait « le vélocipède », c'est-à-dire « l'homme au pied rapide ».
  • Comment s’en servait-on ?
    Sa propulsion se faisant à l'aide des pieds sur le sol. C’était en fait une simple transformation d'un cheval de bois adapté aux dimensions d’un adulte.
  • Quand est construite la première bicyclette ? 
    En 1817 par un baron allemand : Von Drais. La « Draisienne » était une grande nouveauté par rapport au vélocifère avec sa direction mobile.
  • Quand a-t-on abandonné la propulsion par les pieds au sol au bénéfice des « pédales » ?
    Seulement en 1861, grâce aux frères Michaux, avec des pédales sur l’essieu avant. Ce n’est que plus tard que Pierre Lalement invente l’entraînement par chaîne, et en 1865 qu’on ajoutera des freins.

La Draisienne

Premier bicycle de Michaux (1842)

Ils visitent la chartreuse de Pavie où « nous sommes restés trois heures et dont nous sommes encore tout ébahis »...

La Chartreuse de Pavie

... avant de quitter la région de Milan : « J’ai bien admiré, ici les merveilles produites par la main des hommes, mais que celles de la nature sont plus imposantes ! C’est avec plaisir que je vais reprendre le chemin des montagnes, et pourtant, j’ai une chienne de fatigue qui ne me quitte presque pas. »

Comme dans tout voyage, il faut penser aux souvenirs qu’on rapporte.
L’oncle Charles Clouet a, dans ses lettres, une attention toute particulière pour sa belle sœur suisse, Coeli Lainé, femme de Paul CLOUET :

« J’ai déjà dit à votre mari que j’avais attendu vainement quelques petits objets que j’avais commandé à Thun et que je comptais vous offrir … »
« J’avais bien compté, ma chère Coeli, accompagner d’une lettre le petit envoi que je vous ai fait, … C’est un dernier souvenir de mon voyage en Suisse. Ce sont deux petites tasses et deux petites assiettes en porcelaine de ce pays là. Vous pouvez … ne pas les consacrer uniquement à être vues. Vous pouvez vous en servir car le vernis qui le couvre en objets est à l’épreuve de l’eau la plus chaude. Cela provient d’une manufacture établie à Thoun. Ces petites bêtises vous étaient destinées depuis longtemps et leur principal mérite entre nous gît dans l’intention que j’avais de vous de vous prouver, ma bonne petite sœur, que, tout éloigné que j’étais, je pensais bien à vous. »

Manufacture de Thun

Manufacture de Thun

Si ce n’est pas de l’affection, cela y ressemble !


×

 

En mai 2006, Valeurs Actuelles a consacré un article sur "ces Français de la pampa". Cliquez ici pour lire une partie de cet article, ... consacrée à Miguel de Larminat.