Le Castel

Le Castel

Beaurieux. Pierre-Louis-Edouard (voir le trombinoscope) se lance en 1852 dans la construction d'un grand corps de logis carré relié à l'ancienne maison. La petite Victorine, âgée de 7 ans, pose la première pierre en la frappant d'un petit marteau enrubanné, présenté cérémonieusement par le maçon du village. On avait pratiqué, dans la pierre, une petite excavation dans laquelle furent déposées une médaille de la Ste Vierge et une petite pièce de monnaie à l'effigie d'Henri V. La maison fut bénie par l'Abbé Champion, curé de Beaurieux.

C'est là que naissent leurs neuf enfants suivants : Anne de LARMINAT « Tante Anne », le 27.12.1853, Jean de LARMINAT, le 27.7.1855, Henri de LARMINAT, le 4.1.1857, Charles de LARMINAT le 4.11.1858, Louis de LARMINAT, le 25.02.1860, Adèle, la future Mme de LAAGE , le 21.6.1861, Etienne de LARMINAT le 22.8.1863, Marguerite de LARMINAT, le 8.4.1865 et y meurt à 21 ans le 23.5.1886 et enfin Pierre de LARMINAT, le futur Chanoine , le 4.5.1868.

Pierre-Louis-Edouard y marrie sa fille Victorine avec Charles du Merle, en 1877.
En 1886, il fait donation de la maison de Beaurieux à son fils Louis, à l'occasion de son mariage et s'installe alors définitivement à Bayeux.

Le 16.3.1925, Louis, après une longue carrière au Tonkin puis à Lorient, est admis à faire valoir ses droits à la retraite. Ce n'est que la 1.1.1927
qu'il revient s'installer à Beaurieux. Pendant son séjour à Lorient, Louis avait loué la maison de Beaurieux, entre autres à une famille de Chateauvieux. Il y meurt le 19.03.1936 à Beaurieux (02).

Sa seconde épouse, Marguerite de Coustin s'installe, veuve, à Beaurieux. Stanislas, fils de Louis, s'y installe en 1962. C'est aujourd'hui Michel de LARMINAT, fils de Stanislas, qui a repris le relais d'une aventure familiale qui dure donc à Beaurieux depuis bientôt 300 ans !

×

 

Accédez (régulièrement) à la liste des anniversaires. C'est un moyen sympa de reprendre contact avec la vieille tante, ou avec le cousin chéri.