Château de Dourier

Nous n'avons pas encore de dessin...
Vous pouvez envoyer une photo de cette maison
par mail à webmaster -@- larminat.com , ou par voie postale à :
Stanislas de Larminat
9, av Constant Coquelin
75007 PARIS

 

Dourier, à Airaines (Somme), Sgr des Picquet depuis 1600, jusqu'à Rose-Adrienne-Geneviève PIQUET de DOURIER, (o 21.4.1773 à 80-Dury, + 10.01.1836 à Reims ?), fille de Louis-François, sgr de DOURIER et de Rose de VAUJOURS de Chatillon (filleule de François-Adrien Piquet-Duquesnel et de Marie-Françoise-Geneviève Dourier de Chatillon), qui épouse le 16.03.1795 (12 ventose IV) à Dury (80), Jean-Baptiste-Charles de BELLY de BUSSY (o 01.07.1776 à Hourges, près Fismes).

En 1830, ils marient leur fille Adrienne de BELLY de BUSSY avec Casimir de Muizon. Par contrat de mariage, il affecte et hypothèque le domaine de Dourrine-les-Airaines sur la commune d'Airaines/Mollient. Le domaine était au coeur d'un petit hameau entourant une chapelle qui a été détruite.

Le château de Dourier a été détruit à une date inconnue. Un nouveau château a été reconstruit vers 1880, semble-t-il sur le site de l'ancien, par N.N. qui le vend en 1910 à Jules Lévis. Son fils vend vers 1935 la ferme de Dourier attenante, d'une centaine d'hectares. Il le cède à sa fille Mme Devaux (Amiens). Dourier passe à ses huit enfants, dont Mme Watringant (St-Quentin 03.23.64.38.33).

×

 

Découvrez le journal de Joseph de Larminat fuyant, en 1940, Etreillers (près de Saint-Quentin dans l'Aisne) dont il est le curé.