Montoy

Château de Montoy

L'origine de Montoy remonte aux chevaliers teutoniques. Forteresse aux 14° et 15°, elle fut détruite plusieurs fois, assiégée par les Escorcheurs de Sickingen en 1518 et remplacée par le château acquis en 1748 par Jean-Nicolas de Brazy avec la terre qui en dépendait. De l'ancien château subsistent seulement la grosse tour, la tour de garde et la chapelle, habilement rattachées aux constructions plus récentes.

Jean-Nicolas de Brazy y marie sa fille Marie-Elisabeth de Brazy le 3.9.1776 avec Louis-Alexis de LARMINAT (voir le trombinoscope), fils d'Antoine (voir le trombinoscope) et de Marguerite MARTIN (voir le trombinoscope).

A la génération suivante, Montoy voit le mariage de leur fille, Adélaïde-Louise de LARMINAT, le 29.12.1817, avec Louis DURAND d'AULNOUX.

Jean-Charles-Nicolas (voir le trombinoscope) étant installé à Fontainebleau, c'est sa soeur, la « Tante d'Aunoux » qui hérite de Montoy. Elle y accueille ses petits neveux, les enfants de Pierre-Louis-Edouard de LARMINAT (voir le trombinoscope) qui, définitivement installé chez sa femme à Beaurieux, envoie plusieurs de ses enfants en pension, en particulier les aînés Joseph, Jean et Henri, à St-Clément, chez les Jésuites de Metz, entre 1862 et 1870. Ils sortent les Week-End à Montoy chez leur grande-tante Adélaïde d'Aunoux. Celle-ci meurt sans enfant à Metz le 5.5.1876, laissant Montoy à Pierre-Louis-Edouard de Larminat.

Louis-Alexis de LARMINAT et sa femme furent inhumés dans la chapelle de Montoy. Les corps seront transférés au cimetière voisin de Noisseville en 1885 quand Montoy fut vendu par Pierre-Louis-Edouard de Larminat qui, en 1877, préfère acheter à Bayeux une maison pour y passer les hivers, se réservant de revenir chaque année à Beaurieux lors de la belle saison.

×

 

Où que vous soyez, utilisez la géolocalisation de votre smartphone pour découvrir où habitent vos cousins Larminat autour de vous...