Hôtel St-Léon

Nous n'avons pas encore de dessin...
Vous pouvez envoyer une photo de cette maison
par mail à webmaster -@- larminat.com , ou par voie postale à :
Stanislas de Larminat
9, av Constant Coquelin
75007 PARIS

 

Hôtel St-Léon, place de la République à Carentan qualifié de « Tènement de maisons près de la porte de la Houlgate » à Carentan. Il est fait mention, dans l'acte, d'une « chambre Saint-Léon ».

Maison natale de Saint-Léon en 850. (St-Léon, évêque de Rouen, évangélisateur de Bayonne, mort martyr en 892 à Bayonne).

Propriété de Mme Anne de la Vieille.
Elle vend le 8.11.1752, devant M° Rivière notaire royal à Carentan, à Jean-Baptiste Yver de la Bruchollerie (o 1724 + 1757), écuyer, conseiller du Roy, lieutenant particulier civil et criminel du bailliage de Carentan, époux en 2° noces à Carentan le 17.9.1753 de Marie-Anne-Madeleine LAFOLLEY de SORTEVAL.

On pense que leur fils Jean-Joseph de la Bruchollerie (voir le trombinoscope) y habite lorsque il est élu administrateur du district de Carentan et signe, en tant que tel le 29.4.1791 une lettre portant règlement de la « Société Populaire » établie à Carentan. Il est membre du directoire, puis vice président de l'administration dudit district.

Il est élu suppléant à l'assemblée législative en 1791. En septembre 1791, il est confirmé comme administrateur et membre du directoire du district.

Après une disgrâce de 2 ans, jusqu'au 28 février 1795, il est appelé comme suppléant à la législative et nommé de nouveau administrateur et membre du directoire du district de Carentan. Jean-Joseph doit démissionner pendant quelques mois, ayant été élu membre du jury d'instruction, mais il reprend sa place en vertu d'un nouvel arrêté du 2.7.1795.

Vendu par....
Pharmacie en 1997.

×

 

La revue 'La Voix de la Forêt' consacre en 2012 un long article sur notre ancêtre Jean-Charles-Nicolas de Larminat, "un forestier précurseur ouvert au progrès".